Mon ami le Père Noir

Chasseur et Chester couleurs by Annick De Clerck

 

Deux enfants se promenaient seuls en forêt. Le plus jeune, Ryan, vit un lapin blanc et décida de le suivre. L’ainé couru après son frère, lui rappelant que l’on ne devait jamais suivre un inconnu, fût-il un petit lapin blanc. La vision des deux frères se brouilla, puis Alexy remarqua que quelque chose n’allait pas dans la forêt. Il mit un moment à trouver, mais il comprit en entendant le chant d’un oiseau. Il entendait le son cristallin de cet oiseau. Ils n’entendaient plus le bruit des voitures ni celui d’un avion dans le ciel, ou de jeunes en moto cross dans la forêt. Alexy tenta de se repérer et d’aller vers la route. Il n’y avait plus de route mais un chemin de terre. L’ainé se concentra pour ne pas montrer son désarroi et sa peur à son petit frère. Pourquoi avaient-ils suivi ce maudit lapin blanc ? Ils prirent la direction du parking mais au bout de dix minutes de marche, ils tombèrent sur une route de briques jaunes. Ils ne savaient plus où aller et leur inquiétude se lisait désormais sur leur visage.

– On est perdu ? Demanda Ryan, inquiet.

– Non, pas du tout. Je voulais juste te montrer cette nouvelle partie de la forêt, nous sommes allés un peu plus loin que d’habitude.

Alexy choisit de prendre le chemin de droite. Le décor était féerique, ce qui apaisa les inquiétudes des deux garçons. Au détour d’un virage, ils virent un chat bleu et rose qui disparut en laissant tomber une clochette. Alexy voulut la ramasser et un nuage de fumée entoura le jeune garçon. Quand la fumée se dissipa, Ryan découvrit avec horreur que son frère était devenu un lapin blanc. Il se mit alors à pleurer. L’enfant pleurait toujours, avec le lapin à ses pieds, quand une créature monstrueuse, habillée de guenilles noires et malodorantes, s’approcha.

– Un jeune créateur.. Tiens, d’habitude, il pleure quand je suis passé, pas avant… Tu vas bien, petit ?

– Non, on est perdu, et mon frère a été transformé en lapin !

– Comment cela se peut-il ?

– Il a touché la clochette du chat bleu et rose ! Expliqua Ryan entre deux sanglots

– Chester, le chat de la reine des cauchemars …

– On est où ? C’est qui la reine des cauchemars ? Demanda le jeune garçon, essayant d’arrêter de pleurer.

– Tu es dans le royaume des deux comtés, un pays féerique. La reine des cauchemars, c’est Sombre, la dirigeante du comté de la nuit. L’endroit où vivent les cauchemars et les monstres.

– C’est ici ?

– Non, c’est au bout de la route d’or …

– Comment je fais pour rentrer chez moi ?

– Alors là, c’est simple : tu vas par là-bas, et tu vas trouver le palais des fins heureuses. Le souci sera ton frère. J’ai entendu un enfant mentir, alors je suis venu. Il va falloir retirer la malédiction de Chester.

– Comment il faut faire ?

– C’est la mauvaise nouvelle. La seule qui va pouvoir l’enlever, à part Chester, c’est Sombre. Il va falloir aller jusqu’à son château.

– D’accord. Merci.

Une larme coula sur la joue du monstre.

– Pourquoi tu pleures ?

– C’est la première fois de ma vie qu’un enfant me dit merci. C’est aussi la première fois qu’un enfant n’a pas peur de moi.

– Tu m’aides ! Pourquoi j’aurais peur ?

– Tu n’as pas peur de mes oreilles, de mes dents de sanglier, de mes yeux jaunes et de mes habits noirs ?

– Non, pourquoi ? On devrait avoir peur car tu es différent ? Allons-y, il faut que je retourne chez moi rapidement, ou maman va s’inquiéter.

Le chemin était plaisant, et la présence du curieux personnage rassurait le jeune Ryan. Le garçon était ébahi par les animaux qui parlent, les lutins des bois et les demoiselles aux ailes de papillon. Il profitait de son aventure pour découvrir le monde féerique où il avait atterri.

Soudain, l’horizon se fit plus noir et un pont se dessina au loin. Il était composé de trois arches, et, sur la plus haute, était sculptée une tête de troll. Etrangement, le jeune Ryan la trouva bienveillante : le monstre de pierre souriait. Le monde qu’il découvrit de l’autre côté du pont l’effraya beaucoup plus. Le vent s’était levé et la nuit était tombée. On entendait des hurlements lointains. Le château des cauchemars se dressait à présent à l’horizon, dans un ciel rempli d’éclairs.

– C’est encore loin ? Demanda Ryan, peu rassuré.

– Après la forêt des hommes garous et l’allée des gargouilles …

– On dit pas des loups garous ?

– Non. Ici, c’est des hommes garous, des loups terrifiants qui sont vulnérables, transformés en hommes à chaque pleine lune.

– Ah ! Donc si c’est la pleine lune, ils ne sont pas dangereux ?

– C’est ça. Par contre, on risque de croiser le chasseur : c’est un vampire, qui les chasse pour les offrir aux sorcières.

– Comment tu peux rester calme dans un endroit pareil ?

– C’est chez moi, j’y ai ma maison et ici tous me craignent, surtout les enfants.

– Alors, je suis rassuré de t’avoir pour ami !

– Ami ? Merci ! Jamais personne n’a voulu être mon ami… déclara le vieux monstre ému.

Soudain, quatre ombres apparurent !

– Père Noir, lâche cet enfant, il n’est pas pour toi ! Ordonna une voix.

Ryan vit quatre enfants apparaitre devant eux. Il y avait un jeune garçon torse nu, les cheveux longs, avec de la poussière plein le corps. Suivait un jeune garçon habillé d’un chapeau de paille, d’une chemise à carreaux, d’une paire de bottes rouges et d’une salopette en toile. Sa tête ressemblait à une citrouille. Il y avait un garçon bien vêtu, le teint pâle, avec des canines proéminentes. La dernière était une jeune fille mal peignée, habillée de haillons et volant sur un balai.

–  C’est mon ami, dit Ryan.

– Ton ami, le Père Noir ? Demanda, étonnée, la jeune fille.

– Oui ! Et ne faites pas peur au lapin, c’est mon grand frère …

– Un coup de Chester ? demanda le plus vieux.

– Oui, répondit le monstre.

– Vous allez voir Sa Majesté ?

– Oui.

– Bon, nous allons vous accompagner. Je suis Louki, prince des hommes garous.

– Moi, c’est Stanislas, comte vampire.

– Khèty, je suis la fille de la grande sorcière.

– Et moi, je suis Bahewin, un épouvanteur libéré.

– Un épouvanteur ? Demanda Ryan.

– Ce sont des fermiers qui ont, par cupidité, envahi les terres du comté de la nuit et sont maudits par les sorcières. Bahewin a gagné le droit de ne plus être contrôlé par les sorcières, répondit Khèty.

– Nous allons vous amener jusqu’au château, déclara Louki. »

Ryan était complétement rassuré et s’éclatait de vivre une si belle aventure. Il avait 5 monstres avec lui, pour le protéger de tout danger. Il caressa son frère.

–  Tu vas voir, Alexy ! Avec cette équipe, tu ne seras plus un lapin très longtemps.

Alexy remua ses grandes oreilles.

Le chemin fut gai, malgré l’ambiance inquiétante de la sombre forêt. A la lisière de celle-ci, l’allée des gargouilles approchait au loin. Une allée de pierre étroite, surveillée par douze gargouilles monstrueuses.

– Si elles se réveillent, nous serons ralentis ! Plus un bruit.

Le silence se fit dans l’équipe, et tout le monde avança avec précaution. Soudain, un corbeau se posa sur l’une des gargouilles et picora le diamant qu’elle avait sur le front.

– Mince ! Si le diamant saute, la gargouille meurt et nous serons attaqués par ses sœurs ! Déclara, affolé, Stanislas.

– Je le reconnais, c’est Odin, le corbeau du chasseur ! Déclara Khèty.

-Je vais me transformer et l’attaquer. Courez, et faites attention au chasseur ! Cria Stanislas.

Le jeune garçon partit en fumée, et une chauve-souris apparut et se précipita sur le corbeau. Les aventuriers coururent en direction du château. Ils furent stoppés par trois garnements qui leur lançaient des pierres, perchés sur un arbre.

–  Désolé, les enfants ! Déclara le Père Noir, mais j’ai du travail qui m’attend …

Sans qu’ils comprennent ni pourquoi ni comment, le monstre fut derrière les trois sales gosses. Il attacha le premier avec sa chaine, il mit son sac en toile sur le deuxième et, avec ses branches de bois, il s’occupa du postérieur du troisième.

– Ne m’attendez pas, je dois m’occuper de fouetter ces trois garnements. Je vous rejoindrai. Ils ne vont pas pouvoir s’asseoir avant une semaine !

Le château n’était plus très loin, et Ryan souffla un moment. Il sentait que son frère tremblait aussi.

Un homme au teint pâle, sur un cheval noir, apparu. L’éclat de la lune montra ses crocs et la lame de sa dague. Il était habillé de couleurs sombres, et portait une immense cape noire avec un intérieur pourpre.

– Mes mignons, depuis le temps que je vous cherche ! Ce soir, lapin aux pruneaux, au menu.

– C’est le chasseur ? Demanda Ryan, tremblant.

– Oui, répondit Khèty. Un vampire qui a passé un pacte, avec le clan des sorcières, pour avoir des pouvoirs magiques.

– Je m’en occupe ! Déclara Louki. Fuyez, bande de fous.

Le jeune loup se dressa devant le chasseur et commença une danse rituelle. On avait l’impression qu’il tirait des fils dans les airs, pour former un filet, et le projeter sur le chasseur. Khèty s’envola, Bahewin prit Alexy dans la poche de sa salopette, et Ryan prit ses jambes à son cou.

Le château se dressait devant eux, mais un amas de ronces bloquait le passage.

– Aucun souci, je vais leur parler, proposa Bahewin.

Le jeune jardinier s’adressa aux plantes qui laissèrent passer Ryan.

– Je leur ai promis de m’occuper d’elles, je vous rejoindrai rapidement.

Le jardinier rendit Alexy à son frère qui partit vers les portes du château. Malheureusement, le pont-levis était levé.

– Pas de souci, dit Khèty. Tu vas monter avec moi, je vais te déposer dans la cour du château.

Ryan se mit sur le balai devant Khèty, en tenant fermement son frère qui mangeait un bout de carotte offert par Bahewin. Le jeune garçon fut impressionné par la sensation de voler. Ce fut court, mais il profita de chaque instant dans les airs. Alexy, lui, était moins rassuré. Il craignait que, dans son enthousiasme, son frère finisse par le lâcher. La jeune sorcière se posa dans la cour du château. Ryan sentit une présence sur son épaule et vit Stanislas se poser. Il arriva aux portes du Donjon, quand le père noir les rejoignit.

– Tu es le Père Fouettard, déclara Ryan.

– Oui, et l’un des croque-mitaines, aussi.

– Et mon ami … rajouta malicieusement le jeune garçon.

– Et ton ami, c’est vrai. Mais fais attention à toujours être sage, sinon je viendrai faire mon travail !

– Pas de souci !

La salle du trône s’ouvrit devant eux.

Une salle vide et froide, il n’y avait aucun garde ni serviteur. Seule une dame, habillée de noir, avec des longs cheveux noirs, se tenait sur un trône aux formes cauchemardesques … Elle lisait.

– Majesté, excusez-nous de vous déranger, mais voici Ryan et son frère Alexy. Alexy a été transformé par Chester. Si vous pouviez lui rendre son apparence et les renvoyer chez eux.

La reine fit un geste de la main et Alexy reprit forme humaine.

– Ça fait du bien !

– C’est une incroyable aventure !

Soudain on entendit un gong, et la reine refit un geste de la main.

– Vos deux amis arrivent et ils ont même trouvé la sonnette !

– Merci, majesté, finit par dire Alexy.

– Je me disais aussi, déclara d’une voix désœuvrée la reine.

Ce fut le temps des adieux, chacun s’enlaça ou s’embrassa, et Père Noir promit de s’occuper de Chester. Le vieux monstre pleura quand, pour le remercier, Alexy lui fit un câlin. Les deux frères mirent un genou à terre devant la reine, qui les renvoya chez eux.

Les deux frères se retrouvèrent devant leur maison et, quand Alexy regarda sa montre, il ne s’était passé qu’une minute, dans leur monde, pendant leur aventure. Les deux frères furent ravis d’avoir découvert le royaume des deux comtés et ils espèrent retrouver la bande des enfants de la nuit pour de nouvelles aventures.

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*