Dans les griffes de Mama Yaga

 

Lynéa était une petite fille de 7 ans qui avait de beaux cheveux blonds tout longs. Son papa et sa maman étaient créateurs de bijoux. Elle était contente car aujourd’hui ils l’amenaient au spectacle de magie. Le prestidigitateur était un vieux monsieur avec une longue barbe blanche et un long manteau rouge qui ressemble un peu  au père Noël. Les tours s’enchaînaient, le magicien fit apparaître ou disparaître des pigeons, des foulards ou des ballons de toutes les couleurs. Il coupât même son assistant le clown en deux avant de le recoller puis il met le feu à la boite et le clown apparaît à nouveau quand les flammes s’éteignirent en ayant changé de costume. Il annonce ensuite qu’il va prendre une personne dans l’assistance. La fillette trépignait d’impatience et sautât de joie quand le clown la désigne puis l’emmène sur la scène.

Le magicien l’a fait asseoir sur le beau fauteuil dont les coussins sont recouverts de pourpre rouge. Il lui tend un jeu assez vieux au reflet vert et marron. Lynéa piochât une carte et la regarde, c’est une vieille femme avec deux visages l’un est amical l’autre fait peur. La carte fut remise dans le jeu qui fut brulé par le clown. Lynéa soufflât sur les cendres et sa carte réapparaît. La jeune fille était émerveillée. Le magicien prit la carte et lui tendit après un moulinet du poignet.

— Attention jeune fille, tu peux garder cette carte mais elle te fera prendre part à une aventure formidable. Auras-tu le courage ?

Lynéa hésita un moment mais pris la carte. Sa vision se brouilla puis elle découvrit un intérieur de maison en bois. Une jeune fille habillée de noire avec deux tresses se tenait devant elle. La table était remplie de gâteaux. Une vieille dame s’affairait en cuisine. Elle portait une longue robe verte et un tablier blanc brodé d’un liseré noir.

— Les gâteaux sont presque prêts et le thé aussi déclara la vieille dame d’une voix douce

Lynéa se serait cru dans un rêve, elle se leva pour aller saluer sa nouvelle amie mais elle sa cheville droite était accrochée par une chaîne en fer. Elle était prisonnière et visiblement son amie aussi. La fillette commença à paniquer la vieille dame tout sourire leur servit le thé et à chacune d’elle trois parts de gâteaux. Son amie commença à boire son thé et se servant de la petite cuillère à manger délicatement la première part de gâteau. Lynéa sentit les larmes lui couler sur sa joue.

— Madame je veux rentrer chez moi

— Mais non voyons, il faut finir ton assiette et après tu pourras aller jouer avec Khèty. Tu reverras tes parents ce soir.

— Madame je veux rentrer chez moi supplia la fillette

Khèty lui fit signe de s’arrêter que tout irait bien

—Je ne veux pas jouer avec Khèty, je veux rentrer chez moi hurla Lynéa

Soudain la jolie table se remplit de fruits pourris, les murs devinrent verts remplis d’un liquide visqueux jaunâtre et la vieille dame avait à présent les yeux rouges sang.

—Ces deux charmantes jeunes filles vont finir leur thé et ensuite ce sera l’heure de la fessée hurla t’elle en finissant par un rire démoniaque

 

Pendant qu’elle se retournait Khèty passa sous la table et elle cria à Lynéa.

—Cours, fuis

La  fillette ne se le fit pas dire deux fois et parti en courant en direction de la porte. Le sol trembla et la maison se souleva

— Monsieur Poulet calme toi s’écria la jeune fille

Une fois à la porte elle prit la main de la fillette. La maison s’était élevée d’un bon mètre et ne touchait plus le sol.

—Saute ! Ordonna-t-elle à la fillette en l’entrainant vers le sol

Une fois qu’elles se furent relevées, elles se mirent à courir. Au bout d’un instant, elles se cachèrent derrière un arbre et reprirent leur souffle.

Khèty regarda en arrière

“Elle a repris ses esprits

— Qui est cette sorcière ?

— C’est Mama Yaga c’est l’enfant d’un fé et d’une sorcière

— C’est possible ? demanda la petite fille

— Oui et ensuite les fés ont disparu donc elle sera la seule. Son côté fée la pousse à aider tout le monde mais si tu l’as contrarie son côté sorcière prend le dessus et là, c’est une catastrophe.

Lynéa terrorisée regarda à son tour la maison qui avait repris sa place et la vieille dame était devant à appeler les enfants avec un sac de gâteaux pour la route.

 

— J’y retourne pas

— Je vais y aller

— Mais si elle se retransforme en méchante. On aurait dû la mettre dans le four

— Les derniers qui ont essayé ont été changé en souris. Et puis c’est ma grand-mère

— tu es une sorcière

— Comment crois-tu que j’ai détaché aussi vite les chaines

— Tu peux me renvoyer chez moi

— Non je n’ai pas assez de pouvoirs, il va te falloir trouver la reine des cauchemars et affronter ta peur et elle te renverra chez toi.

— D’accord je fais comment ?

— Tu vas suivre ce chemin devant toi et tu vas voir le château, ensuite tu frappes à la porte et tu lui demandes poliment de rentrer chez toi

— Bon merci et bonne journée

— Bon courage et bonne journée à toi.

Lynéa quitta la jeune sorcière et parti en direction du château. Elle avait fait une centaine de mètres quand elle entendit un bruit immense et vit la terre trembler, elle se retourna et vit la maison de la sorcière montée sur deux pattes de poulet s’en aller. Elle respira et continua son chemin. La forêt ne la rassurait pas il faisait sombre, il était difficile de voir quelqu’un arriver et de multiples bruits parcourait l’air. Soudain le sol trembla de nouveau, la fillette pensa à un retour de la sorcière sous sa version maléfique. Quand elle aperçut la créature, elle aurait préféré revoir Mama Yaga. Il ressemblait à un vieil homme à l’allure peu engageante avec un costume rouge taché de charbon. Sa figure était poussiéreuse  avec une barbe blanche mal peignée et sale. Il avait un grand sac vide à la main, de vieilles chaînes rouillées en guise de ceinture et pendant à la ceinture une demi-douzaine de martinets. Sur son front il y avait deux bois de cerf. Lynéa vit que le monstre se dirigeait vers le château. Avait-elle été dupée par Khèty, la jeune sorcière lui avait-elle indiqué une mauvaise direction pour se venger du fait qu’elle n’avait pas voulu jouer avec elle. Elle vit une route de brique jaune et se décida à la suivre dans le sens inverse. Elle arriverait bien quelques parts et une gentille personne la raccompagnant chez elle. La première personne qu’elle croisa était un gentil garçon bien habillé avec une grande cape noir et rouge, un pantalon noir, une chemise à jabot et une veste noire teintée d’arabesque bleue. Quand il s’approcha, elle vit son teint pâle et ses canines un peu trop proéminentes.

— Attention un monstre est dans le coin, il va au château des cauchemars, il a deux bois de cerf.

— je sais et ne t’inquiète pas Stanislas 71ème comte du château de la lune de sang, n’a peur de rien.

 

Il y eu un écran de fumée et le petit garçon avait disparu. Lynéa vit une chauve-souris s’envoler au loin. La fillette poursuivi son chemin. Soudain un loup noir et énorme lui barra le passage, il avait des yeux rouges comme la braise. La jeune Lynéa cria d’effroi. La créature se tordit de douleur et à la place se tint un jeune garçon avec les cheveux longs, un pagne de jute autour de la taille et beaucoup de poussière apparut

— Bonjour, je suis Loukhi du clan de Galthédoc, je ne voulais pas te faire peur, je suis désolé

— Le loup c’était toi ?

— Oui et je me change en petit garçon à chaque pleine lune.

— Attention il y a un monstre au bois de cerf dans la foret

— Il est déjà là alors il faut que je me rechange en loup j’irais plus vite.

En un éclair le jeune garçon était devenu loup et filait en direction du terrible château. Lynéa commençait à s’interroger, ses enfants n’étaient pas normaux aucun n’avait peur du monstre et même il semblait l’attendre. Elle pressa le pas et aperçut la fin de la forêt et de grands champs de maïs. Au loin, elle vit un pont de pierre et à l’horizon un paysage enchanteur, rempli de soleil, de licornes et de papillons. La fillette vit là enfin la fin de son calvaire. Plusieurs groupes d’enfants tous heureux allaient au sinistre château. Lynéa ne dit plus rien elle voulait passer le pont. Soudain elle vit un jeune garçon habillé d’une chemise à carreaux d’une salopette en jean, de bottes en caoutchouc venir vers elle. Lynéa eut un moment de surprise quand elle vit que le jeune garçon avait une citrouille à la place de la tête.

— Tu vas voir le monstre toi aussi

— Oui je m’appelle Bahewin, ce sera ma deuxième fois, c’est super de pouvoir faire la fête comme les créateurs ?

— faire la fête ?

— Oui il y aura plein de gâteau et de bonbons mais aussi des tourtes

— Mais il y aura un monstre

— Oui mais il apporte les cadeaux, j’ai hâte de voir ce qu’il va sortir du sac en espérant que ce ne soit pas du charbon, je n’ai pas été toujours très sage cette année.

— Moi je vais traverser le pont

— Tu as loupé la fête. Victor passe toujours du côté des fins heureuses avant de venir nous voir. Il faut dire qu’il y a plus d’enfants sages de l’autre côté. Allez, je me sauve, je ne voudrais pas arriver en retard.

 

Lynéa restait perplexe, il lui manquait quelque chose pour comprendre les enfants de ce monde.

— Tu ne vas pas dans la bonne direction le château est de l’autre côté déclara une voix dans les airs.

 

La petite fille put voir Khèty qui chevauchait un balai.

— Je vais voir de ce coté

— La route est drôlement plus longue. tu étais presque arrivée au château noir

— Mais j’ai vu un monstre

— C’est Victor, il n’est pas méchant il fait un peu peur mais c’est la tradition, il nous rappelle que l’on doit rester sage

— Vous n’en avez pas peur ?

— Tu aurais peur toi d’un homme qui vient chaque année autour d’un sapin décoré pour offrir des cadeaux aux enfants même s’ils sont différents ?

— Différents ?

— Qu’ils te font peur car ce sont des vampires, des homme-garous, des épouvanteurs ou des sorcières comme moi

— Vous avez le droit à des cadeaux mais vous êtes … hésita la petite fille

— Des monstres tu peux le dire. Oui nous sommes là pour faire peur si il n’y a pas de méchants, il n’y a pas d’aventure. Victor a convaincu le Père Noël de nous amener des cadeaux mais comme son frère à beaucoup trop de travail avec les listes sans fin des enfants des créateurs alors ici c’est Victor qui amène les cadeaux. Aux lutins comme aux sorcières, chacun a le droit à un cadeau unique, quelque chose de précieux qui lui plait vraiment. Bon ceux qui ne sont pas sages ont du charbon mais c’est vraiment exceptionnel. Allez, monte je t’emmène, tu verras.

 

Lynéa ne savait pas pourquoi mais elle prit la main que Khèty lui tendait et monta sur son balai en amazone. Le voyage fut court, la jeune sorcière se posa dans la cour du château. Elles se mirent  à la queue. Bahewin eut un nouvel arrosoir, Stanislas l’intégrale des aventures du comte Dracula pour sa bibliothèque, Loukhi un os à ronger qui fait “pouic, pouic “ chaque enfant partait heureux avec son cadeau sans avoir oublié de faire la révérence à la souveraine

Ce fut le tour de Khèty et la jeune sorcière attendit impatiente. Le monstre eut un sourire et ressortit du sac une paire de lunettes attachées à une bande de caoutchouc.

— Merci seigneur Krampus, des lunettes d’aviateur pour quand je fais du balai, c’est génial

— dis donc si tu ne veux pas finir dans le sac n’oublie pas les enfants sages m’appellent Victor

— Pardon Victor et joyeuses fêtes.

Lynéa se présenta devant la souveraine, une femme de haute taille avec un air sévère, une longue robe noire qui se terminait par des plumes de corbeaux. Elle portait une couronne de pierre noire sur la tête. La petite fille fit la révérence et se présenta devant le monstre.

“ Je vois une créatrice alors pour toi il n’y a qu’un endroit où tu dois aller c’est dans le sac”

L’homme au bois de cerf prit Lynéa et la plongea dans le sac.

 

Elle se réveilla devant le magicien

— J’espère que l’aventure t’a plu

— Oui merci

— J’ai cette autre carte qui est arrivée pour toi déclara l’homme en lui tendant une enveloppe

La jeune Lynéa repartit s’asseoir sous les applaudissements du public. Elle ouvrit l’enveloppe et vit une carte de Noël avec une photo des enfants qu’elle avait croisé pendant son aventure qui posaient avec leurs cadeaux. Victor à côté d’une Mama Yaga souriants tous les deux. La petite fille était contente de son aventure et espérait revenir une nouvelle fois dans ce monde enchanteur et visiter le comté des fins heureuses avec ses amis mais ceci est une autre histoire.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*