Le concours du vieux mage

Eloïse relisait pour la troisième fois l’affiche accrochée à l’entrée de la section jeunesse. Dans un mois, un certain M. Blanc viendra rencontrer James le bibliothécaire. Il y aura un quizz sur les contes de fées, le gagnant recevrait deux invitations pour l’une des plus grande fête organisée par l’invité mystérieux. Le programme laissait rêver. Un roi et une reine seraient présents à la fête. Le thème : les contes et histoire de Fantasy. Cela tombait bien, c’étaient les livres préférés de Eloïse qui empruntait tous ceux qui arrivaient à la bibliothèque à peine arrivés sur les étals. James le bibliothécaire le savait et lui réservait chaque nouvelle arrivée.

Eloïse demanda la permission à ses parents et s’inscrit donc pour le concours. Elle espérait en plus pouvoir montrer ses talents de chanteuses à ses invités prestigieux.

Elle passa les journées qui lui restaient à relire quelques-uns des plus grands classiques. Sa mère lui ordonnait de temps en temps d’aller jouer dehors car c’était l’été et il faisait beau.

Le jour du concours arriva, il y avait plus d’une trentaine d’inscrits et Eloïse fut surprise de voir sa sœur Aurélie parmi les compétiteurs.

« Tu ne m’as pas dit que tu participais toi aussi.

— Oui, je participe.

— Maman t’a dit oui.

— Oui.

— Eh bien, bonne chance !

— Chance ! »

Eloïse regarda sa sœur, étonnée, elle avait le regard vide et ne semblait pas la reconnaître. Eloïse entendant le bibliothécaire appeler la première ligne oublia rapidement sa sœur.

La première épreuve se disputait par six, un thème était lancé et il fallait retrouver des couples. Le premier thème, c’étaient les princes et princesses. Eloïse eut comme demande « Aurore » et répondit naturellement « Le prince Philippe ». Sur la première série, deux participants furent éliminés. Le deuxième thème, c’étaient les méchants. Quoi de plus simple pour Eloïse que de répondre Capitaine Crochet à l’annonce de Peter Pan. Un nouvel adversaire quitta la piste. Le troisième thème fut les mentors, le couple évident Merlin/Arthur ne posa aucun problème à la lectrice assidue.

La compétition continua avec le passage des autres lignes. Aurélie passa la première épreuve aussi facilement mais Eloïse nota que sa jeune sœur répondait très rapidement sans hésitation, elle n’était pas tombée dans le piège et avait cité les trois mentors de Mowgli.

Vers la fin de la matinée, Rebecca la jeune sœur d’Aurélie et Eloïse arriva, trop jeune pour participer, elle était restée regarder la télé à l’appartement. Aurélie qui devait rester avec elle n’était pas là, sachant où se trouvait sa grande sœur, elle partit la retrouver. C’était la première fois qu’elle quittait seul le domicile familial et elle avait un peu peur. Quand elle arriva à bon port, sain et sauf, tout absorbé par ses pensées, elle bouscula une passante. Levant les yeux, elle vit une femme étrange qui ressemblait à une sorcière de conte de fée, un véritable clone de Maléfique. Son visage était sec, elle portait du noir à lèvres, le creux de ses joues était accentué par du fond de teint bleu. Elle était vêtue d’une longue robe noire au reflet bleu et portait une cape surmontée de plumes de corbeaux.

« Misérable insecte d’humain, comment oses-tu bousculer Sombre, la reine de la nuit.

— Pardon madame.

— Insolente, il faut dire, je vous demande pardon.

— Je vous demande pardon, madame. »

Rebecca rentra rapidement dans la bibliothèque se disant que la vieille chouette se prenait un peu trop pour son personnage. La jeune fille regarda les compétiteurs et vit sa sœur qui terminait son premier passage, elle alla l’observer quand elle descendit de la scène.

« Tu vas te faire gronder, tu m’as laissé toute seule !

— Gronder, arrête, insecte d’humain !

— Et parle pas comme l’autre toute bizarre.

— Qui traites-tu de bizarre, vermisseau rampant. Laisse-moi tranquille !

— Je le dirais à maman. »

Rebecca voyant que Aurélie ne l’écoutait pas partit à la recherche de Eloïse. Il la retrouva dans le coin réservé au participant.

« Que fais-tu là, Rebecca ? Maman va te gronder.

— Aurélie m’a laissé toute seule, alors je suis venu te trouver.

— Elle m’énerve.

— Et elle parle bizarre comme la dame que j’ai vue à l’entrée en costume noir.

— Ce doit être une personne de la délégation invitée, ils sont étranges, y en a un qui dit au revoir à la place de bonjour et bonjour à la place d’au revoir.

— Lequel ?

— celui qui a plein de couleur. Bon, je vais appeler papa à son travail pour lui dire que vous êtes ici, il ne va pas être content.

— Moi je ne savais pas quoi faire…

— Oui, je sais, je pense que c’est surtout Aurélie qui sera punie. Je me demande bien ce qu’il lui arrive. Va voir James et reste à côté de lui, ne le dérange pas et attends papa ou maman.

— D’accord. »

Rebecca se réfugia près du bibliothécaire et s’assit à ses côtés.

Eloïse chercha sa sœur du regard mais la cadette avait disparu.

La compétition reprit peu après pour l’aînée de la famille avec le début de la deuxième épreuve. Il en restait plus qu’une quinzaine de compétiteurs en lice. L’épreuve consistait à retrouver l’auteur et son personnage mais les propositions ne concernaient que des personnages secondaires. Qui se souvenait de Tom Bombadil, d’Augustus Gloup, de Billy Bones et de Passe Partout ?

Rebecca un peu rassuré applaudit les bonnes réponses de sa sœur, tout en regardant les membres de la délégation, il vit l’homme habillé d’un habit à carreau de toutes les couleurs, un chevalier, un vieux magicien, une étrange femme avec une laisse et des oreilles de chats. À la table des juges, il vit le roi avec sa couronne et la princesse qui semblait ne pas être contente d’être là. Il ne retrouva pas la dame étrange qu’il avait bousculée en entrant. Il demanda à James :

« Monsieur, je ne vois pas la dame en noir.

— Quelle dame en noir ?

— Quand je suis arrivé, j’ai vu une dame en noir avec des plumes noires, elle n’était pas contente car je l’ai bousculée.

— Tes sœurs sont avec toi ?

— Oui, elles font le concours. Aurélie devait me garder mais elle a désobéi du coup j’ai dû venir ici toute seule car j’avais peur.

— Je vois, je vois.

— Et Aurélie parle tout bizarre maintenant comme la dame en noir. »

Là, le bibliothécaire fut pris de panique et laissa la fillette un instant pour partir voir le vieux mage.

« Sombre est ici et elle a envoûté une jeune fille, je ne sais pas encore comment mais je crains le pire.

— Pareillement, qui a vu Sombre ?

— La fillette là-bas, sa sœur devait le garder mais elle est dans la compétition visiblement envoûtée.

— Je vois, allons parler à cette demoiselle. »

Rebecca vit James revenir avec le vieux magicien mais il regardait sur scène sa sœur cadette qui répondait rapidement à des questions très compliquées.

« Rebecca, je te présente Tom, le vieux mage du royaume des deux comtés, il voudrait parler avec toi.

— Bonjour Rebecca.

— Bonjour monsieur.

— Comment était la dame en noir ?

— Elle avait des plumes de corbeaux sur les épaules.

— Et tu dis que ta sœur parle comme la dame ?

— Oui, elle m’a dit insecte d’humain comme la dame avant. Aurélie, c’est un humain aussi.

— Je vois, l’heure est grave, il faut désenvoûter la jeune fille et savoir ce que Sombre mijote.

— C’est qui Sombre ?

— La reine du comté de la nuit et elle en veut au roi car c’est l’anniversaire de sa défaite.

— C’est une mauvaise perdante, alors ?demande la fillette.

— Oh oui, et je crains le pire. Il faut retrouver Sombre avant que la compétition ne se termine. »

Rebecca écoutait la conversation sans trop comprendre.

En résumé, James le bibliothécaire connaissait des gens d’un royaume et il y avait eu une bataille, la dame en noir avait perdu. Le concours était organisé pour l’anniversaire de la victoire. La dame avait fait un truc à Aurélie mais on ne savait pas quoi, c’était pour cela qu’elle l’avait laissé toute seule.

Pendant que la compétition suivait son cours. Les membres de la délégation partirent à la recherche de la reine noire. Pendant ce temps, Rebecca essayait de se rappeler ce qui s’était passé le matin même, il dormait un peu devant la télé et ne s’intéressait qu’à ses jeux vidéo. Éloise et Aurélie passèrent la troisième épreuve. À chaque fois que Éloise voulut parler à Aurélie, à chaque fois quelqu’un l’en empêchait. Comme si l’univers ou une force invisible voulait les séparés. Des sandwichs furent servis aux participants. Tout en mangeant, Éloise partit voir James pour s’assurer qu’Rebecca avait à manger. Elle retrouva sa sœur en train de partager un repas avec Line, la jeune femme qui était déguisée en chat. Elles riaient toutes les deux. Elle vit Aurélie en train de parler avec la fameuse dame aux plumes de corbeaux mais quand elle voulut l’atteindre les participants furent appelés pour l’avant dernière épreuve de la compétition. Ils n’étaient plus que huit. L’épreuve consistait à retrouver parmi deux héros les propositions lui appartenant. Une seule erreur et vous étiez éliminés. Le jeu continuait jusqu’à ce qu’il ne reste que deux participants pour l’Ultime épreuve.

Pendant ce temps, le vieux mage avait appelé le royaume des deux comtés et découvert la manigance de Sombre. Elle avait lancé un défi si son champion gagnait le concours, elle prendrait le contrôle de la terre et si elle perdait, la vie de son champion lui appartiendrait. La question était simple comment la reine maléfique avait fait de cette innocente jeune fille le représentant du pays des cauchemars ? Rebecca sa sœur aurait peut-être la réponse.

Le vieux mage ne voulait pas effrayer l’enfant qui avait repris son âme innocente et souriante en rigolant avec Line la fée. Il s’approcha des deux nouveaux amis et demanda :

« Jeune Damoiselle que vois-tu chez ta sœur qui a changé ?

— Comment ça ? demanda Rebecca sortant de sa rêverie.

— Une chose qu’elle ne porterait pas d’habitude par exemple.

— Y’en a plein, elle est habillée en noir là et semble bizarre et plus triste.

— C’est le contrôle de Sombre qui en est responsable, mais regarde bien, elle est sur la scène, qu’est-ce qui a changé en elle ? »

Rebecca regarda sa sœur cadette qui répondait avec une nonchalance extrême aux questions du jury. La fillette se concentrait, il avait bien compris que c’était à lui d’aider tout le monde et lui seul. D’un seul coup alors qu’il se décourageait un reflet des projecteurs lui amena la réponse.

« Le peigne qui brille dans ses cheveux, elle ne l’avait pas ce matin.

— Voilà comment Sombre l’a envoutée, il faut lui retirer ce Bijou.

— Eloïse a dit qu’à chaque fois qu’elle a voulu voir Aurélie, elle a été empêchée.

— Ce ne sera pas facile, Sombre doit veiller et Ombre doit l’accompagner.

— Qui est Ombre ? demanda le garçonnet.

— C’est le sbire de la reine, un champion du déguisement. »

Comme toutes les fois où un miracle hors du commun était attendu, la délégation fit appel à Justin.

La finale commença, et sans surprise, ce fut un duel familial qui opposa Eloïse à Aurélie.

Le bibliothécaire annonça que les candidats devaient piocher le sujet de la dernière série de questions et envoya le chevalier de Titekette leur tendre le sac de feutre. Justin avec son habituelle maladresse bouscula Aurélie qui tomba en voulant la relever, il se prit le gant dans le peigne de la jeune fille. Aurélie redevint alors elle-même. Sombre et son sbire comprenant la partie perdue s’enfuirent.

Le vieux mage vint à son secours. La cadette ne savait plus où elle se trouvait. La dernière chose dont elle se souvenait, c’était d’avoir voulu essayer un petit peigne en argent que quelqu’un avait mis dans la boîte aux lettres. Le conseiller du roi lui résuma la situation.

Devant l’abandon d’Aurélie, Eloïse gagna le concours. Le vieux mage et le bibliothécaire œuvrèrent près des parents pour que l’incident n’ait aucune conséquence sur les deux plus jeunes. Eloïse n’eut pas à choisir qui emmener car toute la famille fut du voyage. Rebecca reçut même une invitation en tant que Héros du Royaume pour avoir fait preuve de courage et aider à déjouer le piège de la reine maléfique. Alors que sa famille était installée sur les bancs, elle remonta l’allée principale du trône à côté de Justin et une fois devant le roi, elle mit un genou à terre. Le roi conteur la nomma chevalier du royaume des contes. Les vacances qu’ils passèrent dans ce lieu enchanteur ainsi que le récital que donna Eloïse dans la grande salle du palais n’appartiennent qu’à eux.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*